Le marché de la machine-outils en France

La machine outils est considérée comme l’un des secteurs stratégiques des pays développés. L’industrialisation du 19ème et 20ème siècle a marqué les pays riches, dont la France, où la culture de l’ingénieur, des grandes écoles et de l’industrie restent encore très présentes.

La mutation du marché des machines-outils

Il y a de cela quelques années, la France comptait parmi les 5 premières puissances mondiales, portée par l’énergie nucléaire ou encore l’aéronautique. La machine outils faisait partie intégrante de ces secteurs et se positionnait dans le top 5 des pôles industriels français. Et encore aujourd’hui, elle nous est indispensable.

Le secteur de la machine outil existe toujours mais la grande partie de son chiffre d’affaires est dédiée à la construction de machines spéciales. Aussi, le marché a subi certaines mutations expliquées par la globalisation des marchés et les fusions acquisitions qui en découlent. C’est ainsi que l’on compte une quinzaine de constructeurs de machines d’usinage catalogue sur les 313 constructeurs de machine-outils usinage et formage (bois, métal). Beaucoup de rachats et de regroupements ont eu lieu ces dix dernières années : Comau France appartient au groupe Fiat, Forest Liné du groupe MAG par exemple.

Les entreprises familiales subsistent

Mais, toutes ne dépendent pas de grands groupes, Dufieux, par exemple, 5ème dans le classement des constructeurs de machines outils, est à capitaux privés. Realmeca, en 6ème position, est un constructeur de machines-outils catalogues à capitaux familiaux. Quelques PMI familiales développent une activité de construction en s’appuyant sur une stratégie commerciale offensive tout en étant proches des besoins des utilisateurs mondiaux. Ils possèdent également des atouts technologiques innovants tout en se positionnant sur le marché mondial.

La relève des constructeurs français est donc assurée. Staubli en est un exemple. En s’assurant de répondre parfaitement à la demande des industries utilisatrices de machines-outils, en se positionnant sur des marchés géographiques d’importance, et en communiquant de manière régulière, les constructeurs redonneront force à l’activité française de machines-outils. La différence émanera de l’homme et de son savoir-faire pour mettre en avant la qualité “Made in France” des machines.

Car, seule la valeur ajoutée permettra de se démarquer. Il est également possible de se procurer des machines-outils de seconde main sur des marchés spécialisés. On y retrouve toutes les grandes marques de machines-outils (Huron, Berthiez, Cincinnati entre autres). Le prix d’une machine-outils d’occasion peut être réduit de moitié pour une qualité plus que satisfaisante. D’ailleurs des places de marché existent pour vous faciliter la recherche de machines d’occasion et la transaction avec le vendeur.